1. Accueil
  2. >
  3. S'informer
  4. >
  5. Actualités financières
  6. >
  7. Bourse
  8. >
  9. Pourquoi la hausse des marchés actions n'est sans doute pas achevée (2/2)

Pourquoi la hausse des marchés actions n'est sans doute pas achevée (2/2)

30/04/2019 - 11:35 - Sicavonline - VB (mis à jour le : 06/05/2019 - 11:48)


Pourquoi la hausse des marchés actions n'est sans doute pas achevée (2/2)

Deuxième partie de la version écrite de l'interview de Camille Barbier, président de Salamandre AM, dans l'Oeil du Pro.

Ce que vous décrivez est un marché accro à la perfusion monétaire qui salive d'avance à l'idée de tous les dopants que pourraient lui apporter les banques centrales.

Exactement. C'est un peu comme l'année dernière mais en sens inverse. L'an passé, toute information, tout indicateur était interprété négativement. Maintenant, tout indicateur qui sort est interprété favorablement puisque lorsqu'il est négatif, les investisseurs se disent qu'il se redressera le mois suivant ou que de toute façon il met la pression sur la BCE pour qu'elle laisse ses taux inchangés voire qu'elle annonce en juin un LTRO qui soit favorable aux banques. Quand le chiffre est bon, ils se rassurent en se disant que la reprise cyclique est là. Il y a donc un momentum, une dynamique qui se met en place. A mon avis, la force dans la hausse des marchés actions va cependant s'atténuer parce qu'on ne va pouvoir continuer à croître à ce rythme-là.

Mais pour combien de pourcents de hausse y-a-t-il de la place ?

Aujourd'hui les marchés se valorisent en zone euro autour de 14 fois les bénéfices. Ce qui est intéressant de noter, c'est que depuis le début de l'année il n'y a pas eu de révision à la hausse des anticipations de résultats des entreprises. C'était même l'inverse. Partant, il y a peut-être quelque chose à jouer, peut-être plus au deuxième semestre parce que c'est un peu tôt par rapport à la publication des résultats du premier trimestre, mais en juillet si en effet on a une dynamique cyclique qui se réenclenche à ce moment-là, on aura certainement des discours de chef d'entreprise en juillet qui seront plus positifs et on pourra anticiper une révision à la hausse des résultats d'entreprises. Par conséquent, pour répondre à votre question je pense que l'on peut encore progresser par rapport au niveau actuel (NDLR : l'interview vidéo de Camille Barbier fut enregistrée le 18 avril ; le CAC 40 se situait alors à 5580 points) d'une dizaine de points, autrement dit revenir sur des niveaux correspondant à une hausse de 10 %.

Ce que vous envisagez c'est une année 2019 qui au regard de l'entame qu'elle vient de connaître soit beaucoup plus positive que ce qu'on envisageait fin 2018. 

Si je veux résumer les choses, oui pour deux raisons. La première est que lorsque l'on regardait les choses à la fin de l'année 2018, on n'avait aucun élément concret qui pouvait nous faire craindre une récession rapide, il n'y avait aucun déséquilibre majeur, on avait un taux de chômage que ce soit aux Etats-Unis ou en Zone euro qui était orienté à la baisse, des créations d'emploi, des salaires qui augmentent de 2 à 3 % en fonction des pays. La consommation a progressé entre 2 et 3 % en zone euro sur le 1er trimestre. On est vraiment sur une dynamique forte au niveau de la consommation et il n'y a pas de raison que ça ne se poursuive pas. L'autre point, c'est que l'on rentre en année électorale l'année prochaine aux Etats-Unis et– c'était aussi un des éléments que je mettais en évidence il y a six mois et qui à mon avis est encore valable– Donald Trump, –on voit qu'il commence déjà à tweeter sur les élections– a besoin d'une économie qui fonctionne. Il fera donc tout ce qui est en son pouvoir pour ne pas avoir à gérer une crise l'année prochaine. Dès lors, je pense que bon an mal an, les marchés qui anticipent toujours à six mois ont une fenêtre positive sur cette année. Ensuite, ce qui va se passer en 2020, ça sera une autre une autre affaire mais sur les six mois qui nous attendent je pense que, même si parfois les marchés vont un peu vite en besogne, la reprise cyclique va se matérialiser et que ça va soutenir les valorisations.

Mais à court terme vous êtes plus prudent, je crois que vous avez réduit votre exposition aux actions.

Exactement sur des profils réactifs, des gens qui ont déjà une certaine appétence au risque, pour lesquels on peut faire varier entre 0 et 100 % l'exposition aux actions, nous sommes passés de 70 % fin 2018 à 50 %, car comme je vous le disais les actions ne peuvent vraisemblablement pas continuer à progresser à ce rythme-là. Je pense du coup qu'on va rentrer dans une espèce de consolidation horizontale le temps d'avoir les résultats des discussions entre l'administration Trump et la Chine et puis un sujet commence à nous rendre un petit peu mal à l'aise : la montée de pression entre Washington et la commission européenne sur l'automobile. Donald Trump doit s'exprimer le 18 mai sur la mise en place de sanctions. Il peut y avoir un petit peu de de bruit autour de ça et comme le marché a certainement besoin d'une respiration, je pense que c'est un des éléments qui peuvent inquiéter les investisseurs et qu'on peut avoir quelques semaines plus calmes sur les marchés.

 

Propos recueuillis et édités par VB.

 

© Synapse. Les contenus (vidéos, articles) produits par Synapse font appel à des journalistes professionnels. Ils ne constituent pas des conseils en investissement ou des recommandations personnalisées. Le diffuseur n'a participé ni à l'élaboration de ce contenu ni à la sélection des valeurs/fonds mentionnés. Les performances passées ne préjugent pas des performances futures. L'investissement sur les marchés comporte un risque de perte en capital et aucune garantie de gain ne peut être octroyée.



A lire autour du sujet "Pourquoi la hausse des marchés actions n'est sans doute pas achevée (2/2)" :




Abonnez-vous à notre newsletter
Actualités financières et patrimoniales, opportunités d’investissement, analyse et conseil.
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :

Articles les plus lus

Abonnez-vous à notre newsletter
Actualités financières et patrimoniales, opportunités d’investissement, analyse et conseil.
Pour mieux comprendre les stratégies financières et patrimoniales gagnantes, abonnez-vous :

SICAV et FCP les plus vus

Retrouvez sur Sicavonline

Assurance vie KOMPOZ KOMPOZ un contrat collectif d'assurance vie, accessible dès 500€, parmi les moins chers du marché. +700 supports d'investissement. Vos frais s'adaptent à vos choix d'investissement.
Compte-titres A court ou long terme, avec plus de 2 800 Sicav et FCP disponibles, le compte titres est le support idéal pour développer votre capital.

Investir avec Sicavonline

Souscription sicavonline

Souscription en ligne

Plus besoin de remplir à la main tous les bulletins de souscription grâce à la pré-saisie ! Gagner en rapidité et en efficacité.

Expert en gestion privée sicavonline

Des frais réduits

Nos équipes négocient avec les sociétés de gestion des frais réduits.
        

Contacter Sicavonline

Des professionnels
à votre écoute

Nos experts sont à votre disposition pour vous accompagner dans vos démarches du lundi au vendredi : 0 805 09 09 09 (appel gratuit)